Leave a comment

Halkidiki

(La version française suit)

Backgrounder on Eldorado Gold Corporation’s proposed mineral extraction in northern Greece

May 2013

A delegation from northern Greece will be visiting Canada from May 26th to 31st, 2013, to alert Canadians to the current situation with Eldorado Gold’s proposed Skouries and Perama Hill mining projects. The Greek delegation includes Mayor Vaggelis Lampakis of Alexandroupoli, activist Tolis Papageorgiou from Halkidiki, and Maria Kadoglou of Hellenic Mining Watch.

Eldorado is planning to build a combination of open-pit and underground gold mines, linked to its existing Stratoni lead-zinc mine. While the company plans to use closed-circuit processing, not open-air heap leaching (as it does in Turkey, where it has caused serious problems), the potential impact on ground water and surface water flows is huge; the mines will also require the destruction of significant areas of forest.

In December 2003, the Cassandra Mine assets of TVX Hellas S.A. in the Halkidiki peninsula were transferred by law to the Greek State for 11 million euros. They were sold the same day to Hellas Gold S.A. for the same price, without any economic assessment of the assets or an open competition. The assets included mining and exploration concessions covering 317 square kilometres, 310 homes, 11,000 square metres of urban land, 2.5 square kilometres of land, 30,000 square metres of offices and industrial buildings, 2 underground mines with shafts and underground tunnels, pumping systems, two ore treatment plants, vehicles and mine machinery.

Today, Hellas Gold S.A. is 95 per cent owned by the Eldorado Gold Corporation – a Canadian company based in Vancouver. Eldorado has a market capitalization of $2.9 billion USD and the value of the minerals in Halkidiki is estimated at $19.9 billion USD. Eldorado claims to have doubled its reserves in the last five years, with proven and probable reserves now estimated at 25.7 million ounces of gold and 72.3 million ounces of silver. The company’s goal is to produce 1.5 million ounces of precious metals annually by 2015 in a $1.7 billion mining development.

According to Greek mining regulations, the company has full possession of the minerals contained in the concessions granted and there are no royalties payable to the State – providing little economic security to the region or the State. Due to current political instability in Greece and the accompanying state-wide austerity measures, Greek authorities have displayed little tolerance for displays of opposition from citizens in the region.

In addition, Eldorado’s proposed mines have been “fast-tracked” by the Greek government. The “fast-track” law was designed for investment projects that are considered “strategic” and it shortens and simplifies all permitting procedures. National and international protection conventions are no longer barriers to development; any activity that disturbs mining is prohibited in designated mining areas; and private land can be expropriated.

The Perama Hill project is a 1,000,000-tonne open-pit cyanide-leach gold mine. Despite the fact that it is a private investment, which means there will be no revenues to the State except taxes, it was one of the first projects to be designated for permitting under the new “fast-track” process.

The region currently generates its major economic activity in the form of tourism and agriculture –economic sectors that will suffer tremendously with mining development in the area. In March 2012, 4.1 square kilometres of public forest was handed over to the company to begin construction of the Skouries mine. Leading academics in Greece have estimated that the Eldorado Gold Corp. (Hellas Gold S.A.) mining operations will cause irreversible major destruction of physical capital at local, national and European level and a violent alteration of the region’s development model. The environmental impacts of mining are well documented by various organizations and MiningWatch Canada has several comprehensive reports outlining the disastrous effects to waterways and the issue of perpetual care of contaminated sites.

The Skouries mine, on mount Kakavos, is the main source of conflict with the local people. More than 340 hectares of unique forest, parts of which are old-growth forest, will have to be wiped out in order to make way for the mining facilities, including a 700 metre wide, 200 metre deep pit as well as a flotation plant, two tailings facilities, and various other facilities. So far, 340 hectares of public forest in Skouries has been ceded to the company by the regional administration. The area of the second tailings facility, 92 hectares, doesn’t belong to the state but to a Mount Athos monastery. For the citizens of the nearby towns, a major concern is water. Mount Kakavos holds the largest water reserves in the entire Halkidiki peninsula, which already suffers from water shortages.

These economic and environmental concerns feed into the social impacts from the mining developments. Halkidiki and Thrace are nearby to where Eldorado has begun digging the mine’s open pits and clear cutting forested area. Since late 2011, there has been growing opposition by the residents, and growing police attention.

The Greek government’s silence has only exacerbated the situation. In October, 2012, police clashed with over 2500 protesters with citizens reporting false arrests, gratuitous brutality and overwhelming force. These clashes have become more frequent as opposition to the mine has grown. The latestvideos show police using excessive force against a group of women staging a peaceful protest on the mining road on Mother’s Day (May 12, 2013). A group of residents marching against the clear cutting of the forest were met by riot police. There were reports of gunfire between the protestors and the police, leading to concerns of possible police provocation in order to falsely accuse the opposition of gun violence.

It has become increasingly evident that the situation has become increasingly violent as police repression of protests has spiraled out of control.Amnesty International has expressed concern over the deteriorating situation and have called for an inquiry into the actions of police. Unverified activities include reports of chasing down and savagely beating peaceful protestors, firing teargas into people’s vehicles, illegally extracting DNA samples from ‘suspects’, and breaking down doors in the middle of the night to make arrests.

The Canadian Ambassador to Greece is on record making clear Canada’s involvement and support of the project. Eldorado is a Canadian company that is supported by Canadian funds. The Canadian Pension Plan (CPP) and the Quebec Pension Plan (RRQ) both have millions of dollars invested in Eldorado’s mining activities, and Export Development Canada (EDC) was recently named a major lender to Eldorado to as part of an “amended and restated credit agreement” (AARC) to support “growth opportunities and general corporate purposes.”

—————————-

Fiche de renseignements sur le projet d’extraction minière de l’Eldorado Gold Corporation dans le Nord de la Grèce

Mai 2013

Des délégués du Nord de la Grèce séjourneront au Canada du 26 au 31 mai 2013 afin de porter à l’attention de la population canadienne leurs inquiétudes relativement aux projets d’extraction minière d’Eldorado Gold à Skouries et sur la montagne de Perama. Les délégués grecs sont Vaggelis Lampakis, maire d’Alexandroupoli, Tolis Papageorgiou, activiste de la Chalcidique, et Maria Kadoglou, représentante de Hellenic Mining Watch.

Eldorado souhaite exploiter des mines d’or (en partie à ciel ouvert, en partie souterraines), qu’elle relierait à sa mine de plomb/zinc actuelle à Stratoni. L’entreprise prévoit utiliser la méthode du traitement en circuit fermé, et non la lixiviation en tas à l’air libre (cette technique, qu’elle emploie en Turquie, a causé des problèmes sérieux), mais l’impact de ces projets sur l’eau souterraine et l’eau de surface pourrait être énorme; de plus, les arbres devront être abattus sur un vaste territoire.

En décembre 2003, TVX Hellas S.A. a cédé à l’État grec l’actif de la mine Cassandra, dans la Chalcidique, pour la somme de 11 millions d’euros. Le même jour, cet actif a été vendu le même prix à Hellas Gold S.A., sans qu’il fasse l’objet d’une évaluation économique, ni d’un appel d’offres ouvert. Ont ainsi été vendus des concessions minières de 317 kilomètres carrés, 310 demeures, 11 000 mètres carrés de terrain urbain, des terres de 2,5 kilomètres carrés, des bureaux et immeubles industriels de 30 000 mètres carrés, 2 mines souterraines avec puits et tunnels, des systèmes de pompage, deux installations de traitement du minerai, des véhicules, et de la machinerie.

Aujourd’hui, Hellas Gold S.A. appartient à 95 % à l’Eldorado Gold Corporation – une entreprise de Vancouver, au Canada. La capitalisation boursière d’Eldorado se chiffre à 2,9 milliards de dollars américains, tandis que la valeur des minéraux à la Chalcidique est estimée à 19,9 milliards de dollars américains. Eldorado dit avoir doublé ses réserves depuis cinq ans; ses réserves prouvées et probables sont maintenant estimées à 25,7 millions d’onces d’or, et à 72,3 millions d’onces d’argent. L’entreprise prévoit produire 1,5 million d’onces de métal précieux par année d’ici 2015, grâce à un investissement de 1,7 milliard de dollars.

Selon la réglementation grecque, l’entreprise est pleinement propriétaire des minéraux couverts par les concessions accordées, et elle n’a à verser aucune redevance à l’État – c’est donc dire que ce projet n’apporte pas de sécurité économique à la région ou au pays. Dans le contexte actuel d’instabilité politique et d’austérité nationale, les autorités grecques ne sont guère tolérantes envers les manifestations d’opposition des citoyens de la région.

De plus, le projet d’Eldorado a été mis sur la « voie express » par le gouvernement grec. Il existe en effet une loi d’« approbation accélérée » des projets d’investissement considérés comme « stratégiques », loi qui raccourcit et simplifie la procédure de délivrance des permis. Les conventions nationales et internationales ne font plus obstacle à l’exploitation; les activités perturbatrices sont interdites dans les zones minières désignées; et les terrains privés peuvent être expropriés.

Eldorado projette de construire sur la montagne de Perama une mine d’or de 1 000 000 tonnes, à ciel ouvert, avec installations de lixiviation par cyanuration. Comme il s’agit d’un investissement privé, l’État n’en tirera aucun revenu non fiscal. Pourtant, ce projet est l’un des premiers à avoir obtenu ce nouveau traitement de la « voie express ».

Actuellement, les principales activités économiques de la région sont le tourisme et l’agriculture, deux secteurs qui pâtiront lourdement de ce projet d’exploitation minière. En mars 2012, c’est une forêt publique de 4,1 kilomètres carrés qui a été cédée à Eldorado en vue de la construction de la mine de Skouries. Des experts renommés, en Grèce, estiment que les activités minières de l’Eldorado Gold Corp. (Hellas Gold S.A.) entraîneront une vaste destruction irréversible du capital physique aux niveaux local, national et européen, ainsi qu’une altération violente du modèle de développement de la région. L’impact environnemental de l’exploitation minière est bien attesté par de nombreux organismes, et Mines Alerte a rassemblé des rapports solides qui révèlent que ces projets ont un effet désastreux sur les cours d’eux et entraînent la création de sites contaminés qu’il faut contrôler à perpétuité.

La mine de Skouries, sur la montagne Kakavos, est au cœur de l’opposition des habitants locaux. Une forêt publique exceptionnelle – et en partie ancienne – de plus de 340 hectares devra être rasée et remplacée par des installations minières, dont un puits large de 700 mètres et profond de 200 mètres, ainsi qu’un atelier de flottation et deux usines de traitement du résidu. Jusqu’à présent, ces 340 hectares ont été cédés à l’organisme par le gouvernement régional. Un autre secteur de 92 hectares, réservé à la deuxième usine de traitement du résidu, appartient non pas à l’État mais à un monastère du mont Athos. Les citoyens des villages des environs s’inquiètent particulièrement de l’alimentation en eau : c’est la montagne Kakavos qui possède les plus importantes réserves de la Chalcidique, où des pénuries d’eau arrivent parfois.

Ces préoccupations économiques et environnementales alimentent l’opposition à ces projets miniers. C’est dans la région de la Chalcidique et de la Thrace qu’Eldorado a commencé à creuser les puits à ciel ouvert et à abattre les arbres. Depuis la fin de 2011, l’opposition locale ne cesse de croître, sous le regard de la police.

Le silence du gouvernement grec n’a fait qu’exacerber la situation. En octobre 2012, la police a affronté plus de 2 500 manifestants; des arrestations illégales, des actes de brutalité gratuite et l’emploi d’une force excessive auraient caractérisé l’événement. Ces affrontements sont devenus de plus en plus fréquents à mesure que l’opposition à la mine s’est élargie. Lesvidéos les plus récentes montrent que les policiers ont employé une force excessive pour déloger un groupe de femmes qui manifestaient pacifiquement, le jour de la fête des Mères (12 mai 2013), sur la route menant à la mine. De même, un groupe de manifestants qui s’opposaient à la coupe à blanc de la forêt ont vu débarquer la police anti-émeute. Des coups de feu auraient été entendus lors de ces affrontements, ce qui pourrait être un acte de provocation de la police, qui souhaiterait ainsi faussement accuser l’opposition de recourir à la violence armée.

Il est de plus en plus évident que la répression policière des manifestations entraîne une augmentation de la violence.Amnistie Internationale a exprimé son inquiétude quant à la détérioration de la situation et a demandé qu’on enquête sur le comportement de la police. Des policiers auraient poursuivi et battu sauvagement des manifestants pacifiques, tirés des grenades lacrymogènes dans les véhicules des contestataires, prélevé illégalement des échantillons d’ADN de « suspects », et arrêté des gens chez eux en plein milieu de la nuit.

L’ambassadeur du Canada auprès de la Grèce a exprimé publiquement la participation et l’appui du Canada au projet minier. Eldorado est une entreprise canadienne soutenue par des fonds canadiens. Le Régime de pensions du Canada (RPC) et le Régime de rentes du Québec (RRQ) ont investi des millions de dollars dans les activités minières d’Eldorado, et Exportation et développement Canada (EDC) est au nombre des grands prêteurs qui ont conclu récemment avec Eldorado une entente de crédit modifiée à l’appui des « projets de croissance et autres de l’entreprise ».

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: